Auteur/autrice : Benoit

[recette] Somen en tsukemen : nouilles froides et bouillon chaud : spécial été

[recette] Somen en tsukemen : nouilles froides et bouillon chaud : spécial été

Vous trouverez dans cet article une recette estivale japonaise : les somen (nouilles cuites servies froides) et un bouillon chaud (tsukemen)

[Recette] Gâteau roulé, crème marrons et glaçage matcha

[Recette] Gâteau roulé, crème marrons et glaçage matcha

Gâteau roulé crème de marrons et glaçage matcha

[Recette] “Donburi” poulet et légumes

[Recette] “Donburi” poulet et légumes

Salut les pandami(e)s, nouvelle recette du lundi. Je vous propose quelque chose que je fais régulièrement, souvent au feeling, donc cette fois ci je vais devoir mesurer mes quantités pour que vous ayez une idée.

Déjà, le donburi, qu’est ce que ? C’est un plat assez traditionnel de la cuisine japonaise. Il se compose d’un grand bol de riz, surmonté de garnitures (légumes et/ou viande). J’ai choisi une version “maison” avec ce que j’ai dans mon frigo, et que je dois manger urgemment. En effet, je pars mercredi pour 15 jours chez ma soeur dans le Var. Mais sachez que ce plat est tout à fait “customisable” voir “veganisable” (magnifique barbarisme/néologisme n’est ce pas ?).

Dans la grande famille des donburi, certains sont connus des amateurs de cuisine japonaise que vous êtes.

J’ai en tête un de mes préférés le gyudon (littéralement gyu = boeuf, don = donburi), d’ailleurs pouvez cliquer ici pour mon article/recette de gyudon. Il s’agit d’une recette de chez Oishiisan que j’ai un peu modifié. Dans la famille des donburi, on retrouve, entre autre, le Oyakodon (oeuf et poulet) et le Katsudon (porc pané).

Les ingrédients pour 2 pandas (bon mangeurs):

Ingrédients nécessaires pour faire un donburi poulet et légumes
Il faut visualiser mentalement l’huile de sésame que j’ai oublié de mettre sur la photo…

Si vous ne savez pas ou acheter ses ingrédients, n’hésitez pas à lire mon article sur le thème “où se fournir en ingrédients japonais ?”

  • Du riz japonais / à sushis.
  • 3 cm de gingembre frais.
  • 1 gousse d’ail.
  • 10 cl de sauce soja.
  • 5cl de mirin.
  • 1 cuillère à soupe de dashi (facultatif pour les végétariens/végétaliens).
  • Des graines de sésame blanc ou noir, selon vos envies.
  • 2 cuillères à soupe d’huile de sésame.

Pour les légumes, je vous donne une “base” qui est “customisable” comme je disais. Pour ma part j’avais fait des petits pois, carottes, lardons, et il fallait que je les finisse rapidement, donc j’ai rajouté en plus des ingrédients ci dessous.

  • 3 carottes.
  • 1 poireaux.
  • 2 blancs de poulet (remplaçable par du tofu ferme à hauteur d’environs 200 gr, coupé en dés).
  • Un peu de vert de cébette / oignons nouveaux pour la déco.

Les étapes :

  1. Faire cuire le riz. Pour cette étape, vous pouvez cliquer ici pour voir ma recette de riz japonais.
  2. Eplucher l’ail, éplucher le gingembre avec une petite cuillère. Râper finement les deux.
  3. Laver les carottes, les éplucher, les couper en rondelles. Couper le poireaux dans la longueur en laissant 15cm non coupé sur le blanc, cela facilitera l’accès aux feuilles pour le laver. Laver le poireaux soigneusement pour enlever toute la terre. Couper le en rondelles.
  4. Couper le poulet en morceaux mangeables en une ou deux bouchées.
  5. Couper un peu de vert de cébettes / oignons nouveaux. Réserver.
  6. Mélanger ensemble, la sauce soja, le dashi, le mirin.
  7. Mettre dans une poêle ou un wok, l’ail et le gingembre râpés, ainsi que l’huile de sésame. Cuire 1 minute à feu moyen.
  8. Ajouter le poulet, remuer régulièrement avec une cuillère en bois. Quand toutes les faces du poulet ne sont plus crues, ajouter les légumes, puis le mélange sauce soja, mirin, dashi. Cuire 10 minutes à feu moyen.
Cuisson de la garniture donburi poulet et légumes
  1. Dans un bol à repas japonais, mettre un peu de riz (suivant votre faim), surmonter de garnitures légumes et poulet. Ajouter un peu de graines de sésames et de vert de cébettes / oignons nouveaux que vous aviez réservé pour cet usage.

Vous connaissiez déjà les donburi ? Quelle garniture aimeriez vous y trouver ? Dites m’en plus dans les commentaires !

Matane,

Benoit

[Recette] Soupe miso version repas

[Recette] Soupe miso version repas

Salut les pandami(e)s, aujourd’hui une nouvelle recette. On parle souvent de la soupe miso comme d’un accompagnement. Néanmoins, j’ai envie de vous proposer celle que je fais, qui est une version “repas“. En effet, elle contient plus de choses à mâcher. De fait, elle vous 

[Destination] La région du “Kansaï” et ses spécialités

[Destination] La région du “Kansaï” et ses spécialités

Kansai | Ching Ching Tsui | Flickr de Ching Ching Tsui sous licence Creative Commons BY 2.0 sur flickr Salut les pandami(e)s, pour ce nouvel article, nous repartons à la découverte des régions du Japon. Aujourd’hui, direction le “Kansaï“. Tout d’abord, la région du “Kansaï” 

[Recette] Raviolis “Gyoza” végétaliens

[Recette] Raviolis “Gyoza” végétaliens

Salut les pandami(e)s, nouvelle semaine, nouvelle recette. Cette fois ci une recette végétalienne. J’ai préparé ça pour ma prof de japonais, Sophie et son mari, Greg qui sont venus à ma rencontre, chez moi.

Pour rappel, je ne suis ni végétarien, ni végétalien, juste flexitarien. Je sais, ça fait un peu terme “écolo bobo passe partout” mais c’est ce qui se rapproche le plus de ce que je ressens.

Si vous cherchez une version non végétalienne, vous pouvez lire ma recette de “gyoza” au poulet.

Donc sans plus attendre :

Les ingrédients pour environs 30 “gyoza” végétaliens :

Les ingrédients…j’avais oublié la pâte à gyoza au frigo, vu que je l’ai sortie au dernier moment.

Pour la farce :

  • 250 gr d’épinards frais.
  • 1 gousse d’ail.
  • 400 gr de champignons de Paris (si vous les prenez en boîte comme moi, faites attention, il s’agit de 400 gr en poids net égoutté).
  • 3 à 4 cm de gingembre frais.
  • 20 gr de graines de sésame blanc.
  • 1 oignon.
  • 2 cuillères à soupe de sauce soja.
  • 1 cuillère à soupe d’huile de sésame.
  • 1 sachet de pâte à “gyoza” de 40 feuilles. Vous trouverez ça au rayon surgelés de votre supermarché asiatique.

Pour la sauce :

Les étapes :

  1. Laver, équeuter, essorer, puis hacher les épinards.
  2. Eplucher l’ail, puis le gingembre. Pour le second vous pouvez le faire avec une petite cuillère. Cela fonctionne bien bien mieux qu’au couteau.
  3. Râper l’ail et le gingembre, mettre de côté. Hacher finement les oignons nouveaux et les champignons de Paris.
  4. Dans une poêle ou un wok, mettre une cuillère à soupe d’huile de sésame, les graines de sésame blanc, l’ail, le gingembre et l’oignon. Cuire 2 minutes à feu moyen.
  5. Ajouter les champignons, cuire 5 minutes à feu moyen.
farce en cuisson pour raviolis japonais végétaliens
La farce des gyoza végétaliens avant ajout des épinards
  1. Ajouter les épinards et la sauce soja, cuire à nouveau 5 minutes.

Votre farce est prête ! soyez fier/fière de vous !

Le pliage :

  1. Prendre un petit ramequin / récipient, mettre de l’eau dedans.
  2. Prendre une feuille à “gyoza” dans la main opposée à celle avec laquelle vous écrivez. Mettre une grosse cuillère à café de pâte au centre de la feuille.
  3. Pour l’action de plier, je vous conseille de regarder la vidéo ci dessous qui montre très bien les étapes. Expliquer l’intégralité par écrit serait purement et simplement inutile et inefficace.
Apprendre à plier les “gyoza” avec une vidéo de 40 secondes…
  1. Dans une sauteuse ou une poêle sur laquelle vous pouvez mettre un couvercle adapté, mettre une grosse cuillère à soupe d’huile de sésame. Avec le premier “gyoza“, utilisez le pour badigeonner l’intégralité du fond de la poêle / sauteuse.
  1. Disposer vos “gyoza” et faites cuire à feu moyen, sans les couvrir. Une fois que la partie d’un “gyoza” est dorée, verser 10cl d’eau dans laquelle vous aurez préalablement délayer une cuillère à café de maïzena, couvrir avec le couvercle immédiatement. Ensuite, laisser cuire 4 minutes supplémentaires afin que tout le liquide s’évapore. Cela donnera un léger filet liant à vos “gyoza“. De plus le visuel est assez sympa. J’ai déjà vu cet effet sur des vidéos de “gyoza” en anglais ça s’appelle “Gyoza with wings” (“Gyoza” avec des ailes)

Si vous réalisez cette recette et que vous utilisez instragram, n’hésitez pas à me tagger sur vos photos, stories etc… >>> jappanda_cuisine

Vous avez envie que je continue de tester des recettes végétariennes / vegan japonaises ? une en particulier ? Dites le moi en commentaires.

Matane !

Benoît

[Recette] Cheesecake matcha

[Recette] Cheesecake matcha

Cheesecake matcha et coulis de framboises en terrasse

[Culture] “Kodomo no hi” la fête des garçons

[Culture] “Kodomo no hi” la fête des garçons

Crédit photo : Koi Nobori | Every year, japanese raise the carp flag called… | Flickr de bu2ngpac1 sous licence Creative Commons BY-ND 2.0 sur flickr Salut les pandami(e)s, aujourd’hui je viens vous parler de cette fête qui a lieu le 5 mai au Japon. 

Les 9 ingrédients japonais que j’ai toujours chez moi

Les 9 ingrédients japonais que j’ai toujours chez moi

rice field | coniferconifer | Flickr de coniferconifer sous licence Creative Commons BY 2.0 sur flickr

Dans ce nouvel article j’ai envie de vous partager les ingrédients que je considère comme la base de « ma » cuisine japonaise.

Pourquoi ce « ma » avec l ’utilisation des guillemets ?

Je me répète, mais je suis amateur, je n’ai pas de formation en cuisine, et je ne suis pas japonais. Seulement passionné de cuisine japonaise. Mon approche est amateure, donc, les puristes et les natifs feront sûrement différemment de moi, ne soyez pas choqués. Merci de votre bienveillance.

Les ingrédients listés ci dessous se conservent sans aucun soucis plusieurs semaines.

1 Le riz japonais :

J’utilise majoritairement la marque « Shinode »qui, je trouve, a un bon rapport qualité prix, autour de 3,50 euros le kilo. Il vous servira à réaliser tout un tas de plats, onnigiris, sushis, ou simplement riz pour accompagner des légumes sautés. A conserver dans un endroit sec. Pour ma recette de riz japonais, il vous suffit de cliquer ici.

2 La sauce soja :

Sauce de soja au Japon
La sauce soja “Kikkoman” est une des plus connue

Chopsticks and soy sauce | Want to use this photo for FREE? … | Flickr de barnimages.com sous licence Creative Commons BY 2.0 sur flickr

C’est LE condiment par excellence de la cuisine japonaise. Elle est le fruit d’une fermentation de fèves de sojas et de blé à part égales. Je vais casser un mythe (…désolé!), mais la sauce soja sucrée n’existe pas au Japon…c’est un produit inventé par et pour les occidentaux. A conserver au frigo après ouverture.

3 Le “dashi” :

La base des bouillons japonais. J’utilise un dashi industriel, qui est une poudre de poissons et d’algues. Cela donne un goût et un fumet de poisson à vos bouillons. A utiliser en respectant les doses des recettes. A conserver dans un endroit sec. En parlant de bouillon, on utilise du “dashi” dans les “soba” et les “udon“, comme sur ma recette ici.

4 Le saké de cuisine :

Si j’ai précisé « de cuisine », c’est parce que comme le vin, il est inutile d’utiliser une bouteille à 30 euros le litre pour cuisiner. On en trouve en supermarché asiatiques physiques ou online à 10 euros le litre et moins. A conserver au frigo après ouverture.

5 La pâte miso :

Il existe plusieurs types de pâte de miso, blanc, rouge ou noir. La couleur est en fonction de la fermentation du soja, plus le temps est cours, plus il se rapprochera du blanc. Cependant, n’étant pas puriste, j’avoue ne pas tenir compte de la couleur du miso, ça modifie légèrement le goût, mais je ne considère pas ça comme un crime. J’ai actuellement du miso rouge au frigo, et je n’achèterai pas une autre couleur avant de l’avoir fini. A conserver dans une boite hermétique au frigo après ouverture.

6 “mirin” :

Autre condiment essentiel de la cuisine japonaise, il est souvent comparé à une version plus sucré du saké. Il contient de 11 à 18° d’alcool. De plus, on peut en faire également à partir de “saké” de cuisine et de sucre, je n’ai pas encore testé…peut être un jour. A conserver au frigo après ouverture.

7 Le vinaigre de riz :

Un classique de l’assaisonnement du riz. Il est obtenu par fermentation du riz, soit seul, soit accompagné d’une céréale, le « kokumotsu ». A conserver dans un endroit sec.

8 Le “katsuoboshi” :

Bonite japonaise à ventre rayé
Avant d’être râpé, la bonite à ventre rayé est d’abord séchée.

Dried, fermented, and smoked tuna. | Katsuoboshi is shaved a… | Flickr de sodai gomi sous licence Creative Commons BY 2.0 sur flickr

On rentre dans les ingrédients moins indispensables, mais que j’utilise très régulièrement. Il s’agit d’un poisson, la bonite à ventre rayé, qui est fumé, et dont la consistance s’approche d’un morceau de bois après fumage. De plus, le “katsuoboshi” est ensuite rappé afin d’obtenir des morceaux très fins semblables à des flocons. En somme, il peut servir à faire du “dashi” maison, pour ceux qui veulent se lancer…ou bien à simplement disposé sur le dessus d’un plat, type okonomiyaki, nouilles sautées, et il a la particularité de bouger grâce à la chaleur du plat.

9 L’huile de sésame :

Là aussi, moins indispensable, mais je prévois toujours d’en avoir en avance. Elle me sert de base lorsque je prépare des nouilles sautées, des légumes sautées etc. J’adore son parfum et j’en mets souvent une cuillère à café sur un riz blanc d’accompagnement, dans une sauce salade etc.

Vous utilisez déjà certains de ces ingrédients ? dans quels plats ?

Matane !

Benoît

[Recette] Les “takoyaki” : boulettes de poulpes

[Recette] Les “takoyaki” : boulettes de poulpes

Une recette de “Takoyaki” simple et efficace.